Pendant les vacances de Noël, j’ai lu un livre que l’on m’avait conseillé. Ce livre parle du combat d’une mère pour sauver son fils de 17 ans atteint d’une méningite foudroyante. Bon à la base, moi, les combats des mères ce n’est pas vraiment mon truc. C’est déjà assez le combat chez moi pour obtenir deux chaussettes identiques aux pieds d’un seul enfant, de brosser les dents tous les jours ou, plus simplement, de maintenir ces petits êtres en vie dans un appartement, sans devoir en plus, faire face aux vrais drames des autres. Donc en temps normal, les combats, les mères, les drames : j’évite.

Mais on m’a dit “lis-le, c’est très drôle”. Alors je l’ai lu.

Ce livre s’appelle “Kourrage Antoine” et c’est au moins aussi drôle qu’émouvant.  Mais surtout, bien que ce ne soit pas le sujet principal du livre, il aborde le thème de la chance et notre manière de la provoquer. Et en ce début d’année 2021, je me suis dit que parler de chance, ce n’était pas une mauvaise idée.

Tout au long de ce récit autobiographique, Fabienne Legrand parle de sa bonne étoile. Et cette idée me touche car une bonne étoile, je suis convaincue d’en avoir une. Pas vous ? Il faut à tout prix que vous vous en dégottiez une. Une bonne étoile, c’est essentiel.

Une bonne étoile, c’est quelque chose qui peut tout aussi bien exister, comme ne pas exister. Ce n’est pas la question. La question c’est d’en avoir une.

Une fois que vous l’avez, vous pouvez utiliser cette phrase en permanence : tout va bien se passer. “Tout va bien se passer” ou alors “Ça va forcément marcher”.

Puisque vous savez que les choses vont forcément fonctionner, vous avez juste à vous battre pour que cela arrive. C’est aussi simple que cela. 

Et c’est ce que fait Fabienne dans son livre – dans sa vie donc. Elle met en place les choses pour que son fils s’en tire. Elle est habitée par une force qui ne la quitte pas, une force qui la relève quand elle tombe. Car voilà, il y a cette bonne étoile, cette croyance qui tient chaud quand il fait froid. Et il faut bien avancer. Au moins pour elle.

La bonne étoile qui brille haut et fort dans le ciel et qui nous guide quand il fait nuit noire. La bonne étoile qui est là au-dessus de nos têtes comme un cap. Un cap tel un objectif, un cap duquel il ne faut pas dévier. 

Comment se lancer dans des projets si on ne se dit pas un minimum que cela va fonctionner ? Alors on se le répète : ça va fonctionner.

Et puisque les autres sont souvent occupés à avoir leur propre vie, alors la bonne étoile est là, pour nous murmurer en permanence cette phrase : “je suis là”.

 

C’est sûr : vous allez avoir ce job. Il faut juste postuler et passer l’entretien.

C’est sûr : vous allez publier ce livre. Il faut juste l’écrire.

C’est sûr : vous allez déménager là où vous rêvez de vivre. Il faut juste se lancer.

 

La bonne étoile affirme. Le reste c’est à vous de le faire.

Et quand bien même vous échouez, c’est normal, votre bonne étoile a imaginé quelque chose de plus grand pour vous. C’est tout. Patience.

La bonne étoile, c’est cette dose de magie à l’intérieur de notre corps. C’est se dire que le “succès” n’a pas de mode d’emploi. Il est juste là, au bout du chemin. Il faut juste s’agiter dans tous les sens pour l’attraper, pour réaliser un rêve et puis un jour ça marche. Et c’est vous mais c’est aussi elle.

Car dès qu’il vous arrive quelque chose de bien, n’oubliez pas de la créditer, votre bonne étoile. Cela la fait vivre, la fait grandir, lui donne de la force. Cette force que vous irez puiser quand les choses ne se passeront pas exactement comme prévu. Votre bonne étoile, c’est une sorte de PEL, en fait. (bof).

En ce début d’année, avec le traditionnel bal des résolutions, c’est le moment de penser à un rêve et de le fixer tout là-haut, près de sa bonne étoile. Évidemment qu’il doit être inaccessible. On ne va pas se mettre à rêver d’une tarte aux fraises en hiver quand même. On parle de magie pas de mondialisation.

Pensez à ce rêve donc. Vous êtes sûr que vous allez l’atteindre, n’est-ce-pas ? C’est évident. Chaque fois qu’il vous échappera, vous penserez à votre bonne étoile en vous disant, je ne peux pas le laisser filer, et vous trouverez une solution.

Car le chemin vers la réalisation de vos rêves existe. Il faut juste l’emprunter. En se laissant guider par sa bonne étoile.

 

 

 

 

Texte écrit par Sophie Astrabie.